Rejoignez le CREGG sur Facebook

Connexion

Espace membre

CREGG - Club de Réflexion des Cabinets et Groupes d’Hépato-Gastroentérologie

Club de Réflexion
des Cabinets et Groupes
d’Hépato-Gastroentérologie

Lettre mensuelle n°4 - Décembre 2009 | Pourquoi une journée d'information sur la prévention des cancers digestifs par endoscopie ? (le mardi 30 mars 2010)

Dernière modification le 22/09/16 Imprimer

Pourquoi une journée d’information sur la prévention des cancers digestifs par endoscopie ? - Le mardi 30 mars 2010

Parce que chaque année nous diagnostiquons 70 000 nouveaux cancers digestifs, et que ces cancers sont responsables de 40 000 morts qui représentent plus de la moitié des décès par tumeurs solides du corps humain.
Parce que tous ces cancers sont précédés de lésions précancéreuses que nous pouvons traiter dans la quasi-totalité des cas par endoscopie.
Le patient qui a une mucosectomie d’un cancer superficiel de l’?sophage diagnostiqué à un stade asymptomatique sera en vie à 5 ans dans plus de 90% des cas.
Le même patient avec un cancer de l’?sophage pris au stade symptomatique sera mort dans plus de 90% des cas à 5 ans.
Il est de plus en plus insupportable de faire un diagnostic de cancer à un stade avancé lorsqu’on sait que si on avait pratiqué une endoscopie cinq ou dix ans plus tôt, le patient n’aurait pas perdu la moitié de son colon, son estomac, son duodénum, son pancréas, ses voies biliaires ou son ?sophage, quand il relève du domaine de la chirurgie. C’est encore pire quand il ne relève plus que d’un traitement palliatif.
C’est la raison de cette journée d’information sur la prévention des cancers digestifs pour expliquer aux patients les indications validées de l’endoscopie digestive, et en particulier de l’endoscopie colique. Une seconde affiche sera faite pour l’endoscopie haute avec toutes les indications validées.

Pourquoi la mortalité ne baisse pas ? Comment diviser par deux la mortalité des cancers colorectaux ?

D’après les experts, au prix d’une augmentation très modérée du nombre de coloscopies (2,5 par semaine et par gastroentérologue), cet objectif pourrait être atteint dans les 5 ans à venir.
Encore faut-il que l’ensemble des gastro-entérologues pratiquent l’endoscopie, ce qui est un minimum quand on est gastro-entérologue ; ceux ou les groupes qui ne consacrent pas 50% de leur temps à l’endoscopie ou plus de 50% de leur temps doivent se poser des questions.
L’endoscopie digestive est au c?ur de notre métier, même si l’hépatologie, la cancérologie, les MICI, la proctologie et les explorations fonctionnelles sont des pôles forts de notre discipline. Sans l’endoscopie digestive, l’hépato-gastro-entérologie n’existerait pas et serait toujours de la médecine interne.

Comment participer à la journée du mardi 30 mars 2010 ?

Ceux qui souhaitent y participer peuvent faire acte de candidature sur les sites www.cregg.org, www.sfed.orgwww.snfcp.org, ou de l’ANGH et auprès de tous les partenaires qui ont un lien avec cette journée, à ce jour de rédaction le 01.12.2009. Il leur suffira de recevoir gracieusement toute personne qui souhaite une information sur la prévention des cancers digestifs durant toute ou une partie de cette journée.

Un numéro spécial est en place le 09 65 20 97 73 pour plus de renseignements.

Cette journée qui aura lieu le mardi 30 mars 2010 devrait susciter l’enthousiasme de tous et faire l’objet d’une participation massive, comme la journée nationale de dépistage des cancers cutanés organisée par les dermatologues.

Johnny Hallyday a fait de la prévention. Pourquoi serait-il le seul ?

Dr Jean-Marc CANARD
Président
Dr Jean-Christophe LETARD
Secrétaire général
Dr Anne CALAZEL-BENQUE
Président de la commission
prévention des cancers digestifs
par endoscopie